13532_1

 

Jean de la VARENDE  signe une chronique sociétale classique des années 50. Des nobles NORMAND  perdent leur fils qui était parti en Afrique. Simultanément nous suivons le petit Georget élevé par sa mère, débrouillard, habile avec les hurtus, intelligent, travailleur  futur veneur qui s’intègre aux forestiers malgré son jeune âge.

Ce gosse ressemble au deuxième fils du Marquis et ce dernier s’en aperçoit, Gaston a eu un fils avec une jeune femme du canton. Il devient la raison de vivre du marquis et de la marquise qui ont également perdu leur premier fils Manfred. Ce roman classique dépeint avec justesse une ambiance, le pays d’Ouche, des mentalités, un univers organisé autour du château et de la forêt.

Des secrets de famille, des fidélités, des roturiers, des piqueurs, des profils psychologiques variés. Plutôt plaisant à lire, Jean de la VARENDE évoque une époque révolue non dépourvue d’intérêt sociologique qu’il a su dépeindre avec sûreté et tendresse.

 

AVT_Jean-de-La-Varende_1702Jean de la Varende