51364NhwLoL__SX329_BO1,204,203,200_

 

Le Petit Prince, voilà un livre, une œuvre, à lire et relire. Il s’adresse aussi bien à l’enfant, qu’au philosophe, qu’au poète, à tous. A la fois simple, naïf, et d’une grande profondeur. C’est une leçon de modestie et de beauté, mais aussi de sérieux « …je n’aime pas qu’on lise mon livre à la légère ».

Les hommes se sont éloignés de la vérité, ils sont souvent aveugles,  comptables, rois, vaniteux, allumeurs de réverbères, aiguilleurs … « Les grandes personnes ne comprennent toujours rien toutes seules, et c’est fatiguant pour les enfants de toujours et toujours leur donner des explications. »

 

« Bien sûr, nous qui comprenons la vie, nous nous moquons bien des numéros. » Le Petit Prince fustige le monde de la quantité. « Les hommes de chez toi dit le Petit Prince, cultivent cinq milles roses dans un même jardin…et ils n’y trouvent pas ce qu’ils cherchent…Et cependant ce qu’ils cherchent pourraient être trouvé dans une seule rose… »

Saint EXUPERY condamne la société de la rapidité et de la marchandisation, il en souffre, lui qui connaît le déclin de l’aviation postale, la perte de son monde d’aventure, de courage. « On ne connaît que les choses qu’on apprivoise dit le renard. Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n’existe pas de marchands d’amis, les hommes n’ont plus d’amis. » « Si tu veux un ami apprivoises moi ! »

Le Petit Prince n’est pas vraiment un enfant, pas un homme, pas un ange, mais une belle créature onirique, poétique, un  messager du cœur, un sage qui s’étonne empreint d’une grande pureté. Le Petit Prince ne s’intellectualise pas, il parle à votre intériorité si vous ouvrez vos oreilles profondes.

« Adieu dit le Prince. Voici mon secret. Il est très simple on ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »