ARTURO

 

Un roman intimiste, dans un univers étrange. Tout se passe sur une île italienne Procida près de Naples. Le choix d’une île n’est pas un hasard, une vie en dehors des autres, rempliée sur soi, permettant de mettre en exergue plus vivement les sentiments.

Le héros Arturo enfant, puis adolescent. Il vit sur cette île, avec un père peu présent, idéalisé dans un premier temps, puis détesté. Arturo doit se construire seul, et sa vie basculera lorsque son père épousera une jeune fille proche de son âge. De la détestation des femmes qu’on lui a transmis dès le plus jeune âge, il tombera néanmoins amoureux de la femme de son père.

Ce père absent, insensible, abandonnera toute intervention, sa vie est ailleurs. Arturo est englué dans un labyrinthe psychologique terrible. La jeune femme de son père aura un fils, demi-frère d’Arturo. Perturbé, il va s’émanciper et finira par quitter l’île, peut-être la métaphore d’une transformation intérieure, l’île et Arturo ne faisant qu’un.

Le temps s’est arrêté, les personnages semblent hors du monde. Un roman fort, à lire absolument.

" Moi aussi, me disais-je, un jour ou l’autre, j’embrasserai un être humain. Mais qui sera-ce ? Quand ?, qui choisirai-je, la première fois ? Et je me mettais à penser à diverses femmes qui j’avais vues dans l’île, ou à mon père, ou à un idéal et futur ami. Mais ces baisers, quand je ne les imaginais, me semblaient tous insipides et sans valeur. A tel point que, par une sorte de conjuration, voulant en espérer de plus beaux, je les refusais tous, encore que seulement par la pensée. Il me semblait que l’on ne pouvait jamais connaître le vrai bonheur des baisers s’ils avaient fait défaut les premiers, le plus gracieux, les plus célestes : ceux de la mère. "

"Le fait est qu’en général, j’étais trop amoureux de l’amour… "

MORANTEElsa Morante