Le-Grand-Marin

Un livre que je qualifierai de violent psychologiquement. La vie de pêcheurs dépeint par le prisme du désespoir et de la dureté quotidienne. Une jeune femme au tempérament très indépendant quitte sa famille pour aller pêcher en Alaska, son souhait le plus profond.

Elle réussira à embarquer, et décrira dans un style très réaliste ses premiers jours sur le chalutier. Corps brisé, moral détruit. On se relève, on repart. A terre, l’alcool, le vide dans l’attente d’un nouveau départ, mais surtout l’alcool toujours l’alcool seule distraction. Pas d’amour, pas d’amis ou alors de circonstances, une vie délabrée, violente, un travail destructeur mais aimé.

Notre héroïne trouvera l’amour, disons un sentiment d’amour avec Jude le grand marin, mais elle veut avant tout rester libre. Le grand marin dur à la tâche, alcoolique, ils unissent leurs solitudes le temps d’une escale, puis se séparent espérant se retrouver ce qui ne sera jamais le cas.

Le livre est prenant, bien écrit, mais plonge le lecteur dans un microcosme pesant.

C’est le premier livre de Catherine Poulain, peut-être un peu autobiographique, c’est une réussite.

 

catherine-poulain-lemotion-des-gens-de-merCatherine POULAIN